Bwitologie : la loutre

mai 27th, 20144:00 @

8


Bwitologie : la loutre

Le propriétaire de ce blog étant actuellement sujet à des hallucinations le faisant voir Timothy Leary partout, le professeur Graznok a bien voulu retarder une expédition en Palombie le temps qu’il se repose. Spécialiste émérite en bwitologie, il en profite aujourd’hui pour nous entretenir d’une bêêête ô combien incontournable : la loutre. Celle-ci est en effet considérée par tous les spécialistes comme l’animal le plus cool de la Création. Après vous avoir présenté brièvement cette bêêête, ses us et coutumes ainsi que sa symbolique, le professeur Graznok vous expliquera comment la loutre surclasse ses rivaux. Alors suivons ses traces !

« On est enfin dans la rubrique bwitologie ! Ouais ! »

La loutre pour les gens sérieux

Mammifère carnivore, la loutre part avec une longueur d’avance sur sa classe. Car elle fait en effet partie de la famille des mustelidés, qui comprend des animaux aussi drolatiques que la belette, le furet ou le carcajou dont nous avions parlé auparavant.

Même si elle peut se déplacer sur terre, la loutre fascine par son aisance dans l’eau 1. Elle dispose de pattes palmées, ce qui en fait une excellente nageuse. Et certaines espèces peuvent tenir jusqu’à huit minutes en apnée. Cependant, lors de ses plongées, ses oreilles et ses narines s’obstruent. Sans odorat et sans ouïe, la loutre doit alors se reposer sur ses moustaches rigides (les vibrisses), très sensibles aux vibrations sous l’eau. Pas étonnant donc que son régime alimentaire soit constitué pour plus de la moitié par du poisson 2.

Treize espèces sont répertoriées dans le genre lutrinae. Je vous renvoie à la page wikipedia pour le listing complet et braquons plutôt les projecteurs sur deux espèces intrigantes : la loutre de mer (Enhydra Lutris) et la loutre géante (Pteronura brasiliensis)

La loutre de mer

Nous le verrons un peu plus bas à propos de sa symbolique mais la loutre de mer est un exemple parfait de l’anthropomorphisme récurrent à propos de cet animal 3. Adeptes de la planche, les loutres de mer se tiennent souvent par la patte tels deux amoureux. Elles utilisent également dans cette position leurs pattes avant pour se protéger du soleil et s’enroulent dans les algues (le kelp) comme dans une couverture pour éviter de dériver durant leur repos nocturne. Friande de coquillages (ormeaux, palourdes, oursins -Edit : qui sont en fait des échinodermes-), cette espèce est l’une des rares dans le règne animal à utiliser une pierre comme d’un marteau pour pouvoir les ouvrir.

La loutre géante

Le scolopendra gigantea des loutres : jusqu’à deux mètres de long 4 et 30 kilos. Elle se nourrit également de poissons (dont des piranhas !) mais, vu sa taille, petits caimans et anacondas peuvent faire partie de son repas. Victime comme d’autres espèces de l’exploitation forestière intensive (en particulier l’acajou) et de la pollution des cours d’eaux par le mercure utilisé dans l’orpaillage, sa population totale était estimée, en 1999, à moins de 5000 individus, localisés principalement sur la rivière Amazone et notamment sa zone humide en amont : le Pantanal.

Le savant fou qui sommeille en moi ne peut cependant résister à l’idée de mettre un jour en place un élevage sélectif de loutres géantes. Ce qui permettra à terme de pousser la taille de l’animal à 3-4 m et d’en faire une monture cent fois plus classe qu’une Twingo ou un cheval.

Clair que ca aura de l’allure

Pour aller plus loin : A propos de la loutre géante, vous pouvez lire ce papier, en français, d’Hélène Jacques sur Terres de Guyane.

Une espèce menacée

C’est un peu déprimant dès que l’on parle d’animaux mais la loutre n’échappe pas à la pression humaine sur l’environnement. Surtout quand on peut faire commerce de sa fourrure. A la différence d’autres animaux marins, l’animal ne dispose pas d’une couche de graisse importante sous la peau 5. C’est la densité de ses poils qui piège l’air et forme ainsi une barrière de protection contre le froid. Ce pelage, tout comme celui du castor, fut ainsi très convoité en Amérique du Nord et en Europe à partir de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux débuts du XXe siècle.

Les loutres de mer sur la côte nord-ouest du Canada et de l’Alaska furent, par exemple, massivement chassées et l’espèce faillit s’éteindre. Et la situation n’est pas meilleure en France. Abondante au XIXe siècle, sa chasse le fut tout autant. 3000 loutres étaient ainsi capturées par an rien qu’en Bretagne. Ceci, accentué par l’urbanisation et l’agriculture intensives dans les années 60, fit passer le nombre d’individus de 50 000 au début du XXe siècle à moins de 1500 en 1980.

Actuellement, l’espèce a disparu de l’ensemble du Nord-Est, de l’Est et du Sud de la France. Il ne reste que quelques noyaux de populations en Bretagne, dans le Limousin ou les zones humides du Poitevin. Protégée officiellement depuis 1981, nous ne sommes pourtant pas passés loin de son extinction en 1986, avec une population totale estimée entre 500 et 1000 invidus seulement. Une lueur d’espoir cependant avec une nouvelle estimation, effectuée en 2010, qui porte le nombre de loutres en France à 2000-3000 individus. Certains ayant même recolonisé des rivières, gage de pureté de l’eau.

Pour aller plus loin :

A propos de sa rarefaction en France, vous pouvez lire ce résumé de la thèse de Fabrice Capber. Et pour en savoir plus sur cet animal, deux sites en français à conseiller : Réseau Loutres et Life Loutre. Et pour les plus mordus, le site spécialisé sur les loutres de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) qui rassemble un maximum d’informations.

Mythes et loutres

Après ce paragraphe un peu dur sur mes congénères, n’oublions pas qu’ils compensent (en partie) ces horreurs par de nombreuses histoires. Des Celtes aux Amérindiens, ainsi qu’au Japon, la loutre est un animal associé fortement à la magie, au féminin, à l’eau ainsi qu’à la figure du trickster, abordée à propos du carcajou.

Mais tout d’abord, observons une loutre :

Les pays celtiques

La loutre est présente assez tardivement chez les Celtes et va vraiment prendre du galon avec l’expansion du christianisme. Appellée Cù-dubh ou Dobhran, nous la retrouvons dans l’histoire de Saint Brendan de Clonfert, l’un des saints moines du catholicisme irlandais. Au cours de l’un de ses nombreux voyages, il sera ainsi aidé et protégé par des loutres. Sagesse, loyauté et capacité à jouir de la vie plutôt que de la subir sont ses qualités. C’est également une loutre qui viendra en aide à Saint Kevin, lui apportant à manger chaque jour. Enfin, cet animal est même devenu le symbole de Saint Cuthbert, moine anglo-saxon (Voir à ce propos cette enluminure)

Toujours dans le folklore irlandais, citons l’histoire de Dobharchu (“Le chien d’eau” littéralement). Père de toutes les loutres et roi des lacs, son image est plus inquiétante. Ce génie des eaux peut aussi bien s’attaquer aux gens qu’aux animaux, voire même boire leur sang. Et il n’est pas impossible que cette figure soit une base au mythe du monstre du Loch Ness en Ecosse.

Pour aller plus loin :

La loutre fait l’objet d’un petit paragraphe dans le Dictionnaire de la mythologie celtique de James MacKillop ainsi que dans By Oak, Ash and Thorn de D.J. Conway. A propos du Dobharchu, cet article en français sur l’Encyclopédie du paranormal et ce papier de Daev sur Blather.net. Avant de faire un rapide tour au Japon, soulignons que l’on trouve sa présence également dans la mythologie scandinave et la légende de Fafnir (Plus d’infos ici)

Mais avant cela, observons deux loutres (Il vous faudra cependant cliquer ici)

Le Japon

La figure de génie de l’eau se retrouve également au Japon, avec l’un des yokais les plus connus : le kappa. Je vais donc faire court en vous renvoyant à l’article sur les yokais déjà publié sur ce blog ainsi qu’aux conseils de lecture plus bas. Je ferai quand même remarquer que les mots kappa et kawauso (loutre en japonais) ont probablement une origine commune.

Pour aller plus loin :

Un court article sur le Kappa sur le très bon blog Hyakumonogatari Kaidankai et, sur le non moins excellent Pink Tentacle, quelques exemples d’illustrations du Kappa, dont l’apparence n’a été fixée que tardivement. Enfin, pour faire le tour du sujet, je vous conseille cette étude d’Eiichirô Ishida.

L’Amérique du Nord

Vous allez finir par croire que je fais du favoritisme mais c’est chez les Amérindiens que l’on retrouve le plus de références à la loutre. Cependant, avant d’en savoir plus, observons trois loutres :

Masque de femme loutre amérindien

Agile, gracieuse dans l’eau, empathique, joyeuse et toute en formes, la loutre est associée à l’énergie féminine dans la culture amérindienne. Les femmes ou hommes 6 médecine peuvent en faire leur totem, arborant par exemple une ceinture en peau de loutre, chez les magiciennes fertilisantes Ozila, ou un sac fait de la même matière, chez les shamans Ojibwa, qui contiennent leurs coquillages magiques. Et l’on retrouve également les vertus magiques de la peau de loutre dans cette légende Blackfoot.

Si la loutre reste un animal sauvage, sa proximité avec les hommes et son côté joueur sont souvent appuyés. Comme vu plus haut, ceci est aidé par des attitudes qui apparaissent très humaines. Ce que les Aléoutes soulignent joliment avec une légende où des amoureux, plongeant dans la mer, se transforment en loutres de mer. Prenant grand soin de ses petits, la loutre est également l’un des personnages les plus populaires dans les contes pour enfants. Elle est alors souvent associée au lapin. Des animaux rusés et capables de vaincre plus forts qu’eux.

Nous retombons ici sur la figure du trickster (“le fripon”) abordé avec le carcajou, aussi un lien vers l’article en question suffira. Voici donc plutôt une liste de quelques contes qui sauront ravir votre progéniture : deux contes algonquins (ici et ) et un autre wigwam sur les aventures du lapin et de la loutre, une autre légende Blackfoot sur la loutre sacrée et une légende Cree qui démontre le courage de la loutre, prête à se sacrifier pour délivrer le soleil. Enfin, allez faire un tour sur Story Lovers qui dresse une liste des contes sur la loutre.

La loutre : les raisons du succès

N’ayant trouvé que peu de choses au plan culturel, hormis un ersatz de Mister Freeze, le livre Tarka la loutre et la vidéo plus haut du Emmet Otter’s Jugband, créé par Jim Henson, tentons d’expliquer rationnellement ce qui fait de la loutre l’animal le plus cool de la Création.

Mais au préalable, observons cinq loutres :

Si vous êtes parvenus jusqu’à ces lignes, vous avez donc pu admirer à plusieurs reprises ce fantastique animal. Et l’évidence apparait : la loutre met sa misère à tous les autres animaux en terme de cute et de fun. Toute explication est superflue. La loutre est. Elle s’impose à nous. Elle a la classe (américaine).

Mais je vois encore quelques cartésiens douter dans les rangs du fond. C’est pourquoi je vous propose ce schéma édifiant :

Amis rationnalistes, vous l’avez compris : la loutre est une synthèse parfaite de Jujube le renard et Gai-Luron le chien. La fusion de l’enthousiasme un peu fou fou et de la jovialité sereine.

Ne reste désormais plus qu’un dernier ronchon dans l’assistance pour ne pas accepter l’évidence.

Soit. Il me faut alors sortir l’argument ultime : le loutron


Nuff said

Et c’est sur cette démonstration époustoufflante que je vous dis à plus tard mes chers amis, pour une nouvelle leçon de bwitologie ! Tous nos voeux de récupération à Gwen et n’hésitez pas à visiter la section dédiée aux mustélidés sur la galerie d’images démentielles.

Texte : Professeur Graznok
Dessins : Gwendal (Sources des oeuvres utilisées indiquées sur Flickr)

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :

Notes:

  1. Le mot otter (loutre en anglais) dérive d’ailleurs du vieil anglais otor ou oter. Terme lui même issu de la racine indo-européenne wódr qui donnera le mot water (eau en anglais).
  2. Le reste étant constitué de petits batraciens ou mammifères ainsi que des crustacés
  3. Comme chez le peuple Ainu, avec leur récit Kutune Shirka
  4. Moyenne de 1,5 à 1,8 m pour les mâles et 1,5 à 1,7 m pour les femelles
  5. Ce qui l’empêche d’ailleurs d’hiberner
  6. Qui peuvent avoir également accès à cette énergie féminine