Bad Brains : la fureur du rasta-punk

Bad Brains, groupe américain de punk-hardcore, peut se targuer d’être un mythe de la scène des années 80. Combinant la rage du punk et le reggae politique d’un Bob Marley, le combo de Washington DC offre un mélange inédit qui, jusqu’ici, n’a pas été égalé (si ce n’est le groupe Skindred). Le groupe, par son approche radicale en terme de musique, a influencé depuis des artistes aussi divers que les Beastie Boys, les Red Hot Chili Peppers, Moby ou les Smashing Pumpkins. Houuuu ! The big Take Over

15 janvier 2014

Joie et félicité du bhangra

Lecteurs et lectrices de Centrifugue, public chéri, bonjour ! Comme d’habitude, veuillez agréer mes sincères excuses pour un rythme de publication toujours plus chaotique pour cause de crise de démence graphique. Mais passons plutôt à un sujet qui m’a fait décoller les doigts de mon stylet. Un sujet dont je souhaitais vous parler depuis des lustres : le bhangra.

21 décembre 2013

Mème pas mal : la witch house

Chers lecteurs de Centrifugue, vous ne l’attendiez plus mais voici enfin un nouvel article de votre serviteur, consacré aujourd’hui à la witch house. J’en causais il n’y a pas longtemps mais il devient difficile pour moi de trouver matière digne à nouvel article en ce moment. Un objet culturel suffisamment bizarre pour m’interpeller, et qui n’a pas déjà été traité en long en large et en travers sur les internets. Mais, justement, la musique witch house me redonne en ce moment l’envie de taper des phrases interminables. Alors profitons-en, et décollons sur notre balai direction le prochain paragraphe !

21 février 2013

Dr Dre ou le remède par le beat (5/5) : Detox, le serpent de mer – L’oeuvre et la nostalgie

Chers lecteurs, bonjour ! Moyenman aura su faire durer le plaisir, mais voici enfin l’ultime partie de son article consacré à Dr Dre. Fixant la ligne bleue de la West Coast, il attend son nouvel album, Detox, si souvent repoussé. Serait-ce la fin du Docteur ? Un diagnostic qui n’est malheureusement pas à écarter, mais Moyenman vous dressera un bilan de santé plus détaillé que moi. C’est donc à vous, confrère !

31 janvier 2013

Playlist : le noyau dur de la vieille école

Chers lecteurs, bonjour ! Après une overdose de déités aztèques, je suis actuellement en convalescence. Tel un marmot ivre, je ris bêtement en assemblant des carrés multicolores. Je ne sais pas encore combien de temps il me faudra pour récupérer les quelques neurones nécessaires à l’écriture de phrases sans fin mais, heureusement, sur Centrifugue on a la solution pour vous distraire régulièrement : faire bosser les autres ! Ainsi, usant de tactiques perfides et veules, j’ai finalement convaincu mon géniteur de vous apprendre le bon goût musical français. Du temps où on écrivait des vrais textes qui voulaient vraiment dire des trucs. Par des mecs de la rue qui vivaient pour leur musique. Des Henry Rollins à rouflaquettes et pantalon en velours côtelé. Bref, des durs, des tatoués. Mais terminons ici les présentations, et faisons place à la musique. Alors, un pour l’argent, deux pour le spectacle et trois pour le caillou !

25 janvier 2013

Balade dans la galaxie Beastie Boys (4/4)

Je ne pensais pas y arriver quand je m’y suis attelé mais voici la quatrième et dernière partie du guide galactique consacré au plus grand groupe de la terre (enfin de la mienne) : les Beastie Boys ! Au menu aujourd’hui, ressources sur le net, voyage beastie-esque à travers les arts et sélection rigoureusement personnelle de morceaux du groupe. Allez, zou !

20 décembre 2012

Interview : Killers, les flibustiers du metal français

Tâche ardue pour moi que de vous présenter Killers, l’un (si ce n’est le) plus ancien groupe de metal français en activité. Je ne pourrai en effet vous narrer mes souvenirs adolescents où, vêtu d’un t-shirt Iron Maiden, je secouais ma crinière de feu au son du groupe de Bruno Dolheguy. Non, moi à l’époque j’étais un punk à roulettes (ou plutot à palmes de bodyboard) et le metal ca me passait au-dessus de la tete. Bien heureusement j’ai suivi depuis une rééducation musicale prodiguée par mes camarades et le metal est devenu mon ami. J’allume depuis une bougie chaque soir en l’honneur de Saint Lemmy mais au fond de moi je rageais de ne pas trouver une pareille icône en cette douce France.

Et la lumière vint, il y a de cela quelques années, de mon camarade et estimé metaleux Youen qui me prêta Habemus Metal de Killers. Festival de guitares virtuoses et agressives, batterie nerveuse comme dans le punk, un côté épique et des paroles en français aussi bien troussées que celles de Reuno de Lofofora : j’étais converti.

9 octobre 2012