→ Subscribe
Balade dans la galaxie Beastie Boys (2/4) →  août 7, 2012

Deuxième partie du guide galactique des Beastie Boys. Au menu : satellites, anneaux, planète jumelle et astronome en short.

Retro-cloning : la renaissance du jeu de rôle old school →  mai 31, 2012

Mes enfants, bonjour ! Comme je vous l'avais expliqué dernièrement, mes prétentions de globe-trotter et d'artiste m'ont détourné de vous ces derniers temps. Mais Centrifugue (mâtin, quel blog !) sait comment rester, en dépit de ces aléas, à l'avant-garde du journalisme total, grâce à l'apport essentiel de ses collaborateurs exclusifs. Vous aviez pu déjà admirer l'expertise de chics types comme Moyen Man, Ston3r, Franck ou Youen, ainsi que la plume démente de John Malback, mais voici qu'un autre être d'exception a décidé d'apporter sa contribution essentielle à l'édification des masses : Baophrat. Versé dans les arts obscurs et règnant avec sagesse sur ses ouailles dans la légendaire cité d'Ys, ce dernier a accepté de vous guider dans un territoire interdit, lui même situé dans un monde interdit. Vous saurez ainsi tout sur le retro-cloning, pratique ésotérique de certains amateurs de jeux de rôles destinée à faire revivre des temps anciens et se libérer des chaînes du copyright qui entravent l'imagination. Mais je m'efface, et laisse la parole à l'expert. A vous, maître du jeu !

Dischord Records : le noyau dur de Washington DC 2/2 →  février 21, 2012

Deuxième partie (tardive -oui je sais, c'est mal-) de notre petite introduction au monde merveilleux du hardcore en provenance de Washington DC, et rencontre avec l'emocore (1). Aujourd'hui synonyme de musiciens adepte du rimmel, de la mèche savamment travaillée et de compositions sur le malaise de la puberté (Ca pour résumer) le emocore fut pourtant un énorme bouffée d'air frais pour la scène hardcore de DC, alors que l'enthousiasme des premières années faisait place au doute.

Discordianisme : article graphique, le retour de la vengeance →  janvier 9, 2012

Mes amis et cher lecteurs, laissez moi tout d’abord vous présenter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année. Bonheur, prospérité et allocations chomage à tous ! Mais coupons court à ces effusions de fraternité et penchons nous plutôt sur le nouveau défi herculéen qu’a relevé votre serviteur en ce début 2012. A peine remis d’un reveillon où il a fait brûler le dancefloor, celui-ci a sué sang et eau sur un nouvel article graphique dont il a le secret et consacré à une religion qui, chose exceptionnelle, trouve grâce à ses yeux : le discordianisme. Fnord !

Quelques grammes de brutalité dans un monde de finesse (2/2) : le death metal →  décembre 28, 2011

Après avoir donné un petit apercu du grindcore, passons donc à son frère, tout aussi énervé mais plus vicieux : le death metal. Né en Floride dans les années 80, il prolonge la vague thrash metal (Slayer, Metallica, etc.). Proche du grindcore par l'imaginaire développé et une musique combinant vitesse et impact, le death a apporté sa pierre au métal grâce à son approche "chirurgicale". Une petite exploration s'impose donc, ou, plus approprié, une plongée dans ses entrailles.

Quelques grammes de brutalité dans un monde de finesse (1/2) : le grindcore →  novembre 2, 2011

Plus vite, plus fort : ce leitmotiv avait requinqué au début des années 80 le punk avec l'émergence de la vague hardcore (Bad Brains, Minor Threat ou Black Flag) et le metal avec le thrash (Slayer, Megadeth ou Metallica). Mais, à l'abri des regards, des petits frères encore plus enragés n'allaient pas tarder à leur emboiter le pas : le grindcore et le death metal. Blastbeats, growls, riffs sursaturés et autres hurlements de possédés allaient ainsi s'abattre sur le public pour le plus grand bonheur de nos cervicales, parées au headbanging. Pour débuter les hostilités, et affinités obligent, commençons par un petit tour au pays du grindcore.

Le petit guide sur George Orwell →  octobre 20, 2011

Fidèle à la mission de vous faire visiter le cerveau dément de Gwen les splendeurs de ce monde, il fallait bien incorporer Orwell à l’oeuvre centrifugueuse. Car ce chic type fut une inspiration pour votre serviteur pendant ses vertes années. Quand j’imaginais le journalisme comme une aventure, faite de sueur et d’engagement. Depuis, l’âge et le CUEJ aidant, je sais que je ne serai jamais un journaliste total, de la trempe des Joseph Kessel, Gunther Walraff et autres Robert Namias. Mais je m’accroche toujours à cet horizon du journalisme total et, bien installé derrière mon écran, voila que je me décide à ouvrir une porte vers le monde d’Orwell. Après vous.

Le (tout) petit guide de la musique indienne →  octobre 19, 2011

Si le précédent guide sur le trip-hop pouvait aider un tant soit peu à cerner ce courant musical, en faire de même pour la musique indienne est un pari perdu d'avance. Entre la production pléthorique de Bollywood et la tradition musicale multiséculaire, autant résumer la musique classique sur un post-it. Mais comme votre serviteur aime les causes perdues, voici tout de même quelques sites et artistes qui vous permettront de découvrir un peu mieux cette musique.

Bwitologie : le requin (2/2) →  octobre 5, 2011

Deuxième partie de l’exposé du professeur Graznok consacré au requin. Figure incontestée et incontestable dans le domaine pointu de la bwitologie, notre cher professeur, après avoir soulevé les caractéristiques si particulières de cette bêêêête, se penche sur l’image que s'en fait l'homme. Des iles Hawaï au Golfe de Guinée, du chef d’oeuvre cinématographique au nanar de compétition, plongez avec lui dans notre inconscient collectif !

La vie de Jésus 2/3 →  septembre 24, 2011

Fidèles lecteurs de Centrifugue, bonjour ! Après une semaine au suspens insoutenable, voici la deuxième partie des aventures de Jésus retranscrites par mon talentueux collègue John Malback. Tombant de Charybde en Scylla, l’infortuné fils de dieu a encore bien des soucis. Mais je vous laisse les découvrir via ces splendides illustrations dont le dessinateur Fred […]