Dieux aztèques : Attrapez-les tous !

décembre 13th, 20125:06 @

1


Dieux aztèques : Attrapez-les tous !

Talentueux lecteurs de Centrifugue, je vous salue ! Quand il s’agit de se lancer dans un projet aussi dantesque qu’inutile, vous devez désormais savoir que le taulier de ce site n’est jamais le dernier. Et celui qui m’obnubile actuellement est, je crois, en train d’atteindre le niveau de démence de mes grands dessins. Figurez vous que j’ai décidé de faire un panthéon aztèque à ma sauce. Une entreprise qui me permet de marier dessin, histoire, visualisation de données, folie douce et chasse aux Pokemon. Mais pour en savoir plus sur cet éminent travail, rendez-vous au paragraphe suivant.

La mythologie j’ai ca dans la peau depuis môme, probablement depuis la lecture d’un bouquin, laissé là par une bonne âme, consacré aux légendes grecques et superbement illustré. Je n’ai malheureusement plus le nom de ce livre en tête mais je sais qu’il est désormais entre de bonnes mains : celles de ma nièce.

En oncle attentionné, je m’étais d’ailleurs amusé il y a quelques mois à lui dessiner un panthéon egyptien, que vous avez peut-être vu défiler sur mon compte Facebook, entre deux autres restaurations et liens vers des articles pertinents.

Cliquez dessus pour le grand format

Mais je dois bien avouer que la mythologie egyptienne, ca n’a jamais été trop mon truc. Pas de dieux paillards ni de bastons, des histoires aussi sérieuses qu’un discours de Lionel Jospin. Ca vaut vraiment la mythologie nordique ou grecque.

Cependant j’en ai découverte une sur le tard encore plus chouette, et dont les dessins me hantent depuis : la mythologie aztèque. Je vous avais déjà causé de cette lubie avec mes restaurations, ou lors de ma visite chez Warren, qui gère le site Maya Inca Aztec. On commence par redessiner un dieu, puis un autre, et un autre. Et on se retrouve avec un classeur dédié qui en compte plus d’une centaine.

Un aperçu récent des dieux restaurés (sachant que j’en trouve de nouveaux tous les jours). En cliquant dessus vous pourrez voir tout ca en plus grand format, ainsi que les liens vers chaque dessin individuel.

Se pose alors la question essentielle : “Et maintenant, qu’est ce que je fais avec tout ca ? Et l’historien-documentaliste en moi de répondre aussi sec : “C’est simple : tu ranges !” Idée lumineuse de prime abord mais, comme disait Boulet “Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions”.

Classer des dieux egyptiens est en effet une partie de plaisir par rapport au bordel total que constitue le panthéon aztèque. Et même si Zeus a tringlé une tripotée de nymphes, engendrant autant de héros mémorables, les liens généalogiques, à quelques variations près selon les sources, sont également bien connus. Pareil pour les dieux nordiques.

Mais les Aztèques, eux, ne font pas dans la simplicité. Entre les différentes versions, qui donnent quatre ou cinq ascendants différents pour un dieu, les aspects multiples sous lesquels peuvent se manifester les principaux dieux, les orthographes différentes quand on transpose le nahuatl en langue européenne et sources de confusion, sans compter bien sûr le nombre impressionnant de dieux, ce projet est devenu un vrai casse-tête. Pas moyen de visualiser rapidement les liens entre eux, comme j’ai pu le faire avec le panthéon égyptien.

On s’y retrouve tout de suite beaucoup mieux avec ce graph !

C’est alors que la révélation m’est apparue. Il me fallait recourir à la puissance de la Machine pour mener à bien cette folle entreprise. Esrit de la Machine qui s’est incarné dans le logiciel Gephi dont la mission est la visualisation de données.

Utilisé pour faire par exemple de la cartographie des internets, comme peut le faire Linkfluence, ce logiciel permet également de visualiser toute base de données et les liens existant entre chaque élements. C’est ainsi que je m’attèle depuis plusieurs semaines désormais -et ce en dépit de mon incapacité à comprendre quoi que ce soit au fonctionnement du logiciel – à faire un listing de tous les dieux que j’ai réussi à recenser, auquel sont ajoutées les relations généalogiques ou leurs “domaines d’expertise”. Sans oublier, bien entendu, l’illustration correspondante.

Un exemple d’organisation des liens entre les dieux aztèques à partir de Quetzalcoatl, le fameux serpent à plumes. En cliquant dessus vous pourrez voir les liens directs qu’il entretient avec d’autres dieux (sachant là encore que, depuis que j’ai réalisé ce poster, j’ai découvert d’autres dieux en lien avec lui).

Entre les vérifications multiples de ma base de données, les dessins à refaire et, je l’espère, l’aide de spécialistes de la culture aztèque, la tâche est encore loin d’être terminée. Mais, grisé par le goût de l’aventure et de la transversalité des disciplines, je pense déjà à ce moment où je pourrais contempler cette oeuvre avec fierté. Et me lancer dans un autre travail de titan.

Ou de Sisyphe :

Pour ceux que ca amuse, vous pouvez voir le grand format en cliquant dessus (Et, comme de bien entendu, j’ai fait pas mal de modifications dessus depuis).

Sur ce, je retourne à mon fichier excel, et soyez assurés que vous serez tenus au courant de l’avancée de ce panthéon. En vous remerciant, bonsoir.

Texte, dessins : Gwen

 

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :