L’Oeil du cyclone : le troisième oeil cathodique

mars 1st, 20118:49 @

19


L’Oeil du cyclone : le troisième oeil cathodique

Petit break avant la quatrième partie de mon dossier spécial Timothy Leary mais restons dans la domaine du psychédélisme avec une émission qui a marqué durablement 1 votre serviteur : L’Oeil du cyclone. Diffusée sur Canal + dans les années 90, cette émission peut s’enorgueillir d’être, encore aujourd’hui, l’une de plus originales qui soit dans le PAF. Variété des sujets traités, réalisation inventive 2, ton décalé : L’Oeil du cyclone fut une ouverture prodigieuse pour nombre de téléspectateurs, un précurseur en France d’Internet. Retour donc sur cette bouffée d’air frais cathodique, avec les témoignages de deux des créateurs de cette émission : Alain Burosse et Jérôme Lefdup.
Abibibibiiiiiiiiii !

Avant l’Oeil

Fidèle à ma formation d’historien, dressons un apercu de l’avant-Oeil du cyclone. Début des années 80 : avec l’arrivée de François Mitterrand à l’Elysée, le paysage audiovisuel sort peu à peu du moule ORTF. (Edit : Je modère un peu mes propos quant à l’ORTF après la vision de l’épisode de L’Oeil du cyclone consacré au Service de recherche. Ce service a notamment produit les Shadoks et s’est interrogé, à l’image de Marshall Mac Luhan, sur l’impact des médias. 3)

C’est l’explosion des radios libres (qui avait débuté en 1978) et la télévision se desserre elle aussi la cravate. Et parmi les exemples de cette nouvelle liberté de ton, l’émission Les Enfants du rock, créée par Pierre Lescure en janvier 1982. Antoine de Caunes, Jacky, Alain Chabat ou Jean-Pierre Dionnet 4, pour les plus connus, y feront leurs armes télévisuelles.


Vu que le générique des Enfants du rock n’est pas intégrable, vous aurez un vidéo clip à la place

Mais des “petites mains” invisibles sont également à l’action et vont utiliser l’émission comme un laboratoire de création audiovisuelle. Parmi celles-ci, Alain Burosse. Assistant réalisateur à Europe 1 à la fin des années 70, il y rencontre Marc Garcia (réalisateur, avec Michel Lancelot, de l’émission pop Campus, et fondateur d’Europe 2) et surtout un journaliste : Pierre Lescure. Celui-ci, après un bref passage à RMC, embarque donc Alain Burosse dans sa nouvelle émission de télé.

Des extraits de clips diffusés dans Haute Tension.

Assisté de Michel Eli et Bertand Merinos-Péris à la production ainsi que Mathias Ledoux, Olivier Baudoin et Stéphane Teichner à la réalisation, ce fan de punk est ainsi à l’origine de Haute Tension. Diffusé une fois par mois, le supplément à l’émission des Enfants du rock est alors, pour beaucoup de spectateurs français, la première rencontre avec le medium qui explose outre-Atlantique, avec la chaine MTV : le video-clip.

PIL, Siouxie and The Banshees ou les globuleux Residents débarquent ainsi dans la petite lucarne française sans prévenir. Mais, avec la nécessité de trouver la matière visuelle aux 20 épisodes, c’est également l’occasion pour des petits groupes français d’entrer à la télévision par effraction. Peut-être le plus emblématique, citons Lucrate Milk, dont certains membres joueront ensuite dans Bérurier Noir ou les Négresses vertes.

Pour aller plus loin :
A écouter, une émission de France Culture consacrée à l’histoire de Campus sur Europe 1 et cette interview intéressante de Pierre Trividic, sur Vacarme, qui revient sur la place accordée à la création à la télévision, et l’importance de Jean-Christophe Averty dans ce domaine 5

Sur l’histoire des Enfants du rock, vous pouvez lire ce papier d’Olivier Nuc sur Le Figaro (Plus disponible, ce qui est bien débile…). Mais allez également jeter un oeil au site du collectif artistique La Fondation, qui propose des archives du supplément Haute Tension.

A propos de Lucrate Milk, vous pouvez regarder ce sujet diffusé dans Tracks en 2006, à l’occasion de la sortie d’un DVD consacré au groupe.

Le laboratoire oculaire Canal+

L’émission Les Enfants du rock s’arrêtera finalement en 1987 mais, dès 1983, Pierre Lescure se lance dans une autre grande aventure : celle de Canal +. Lancée officiellement en novembre 1984, les débuts sont chaotiques (qui voudrait payer pour regarder une chaine de télé ?) et le bricolage est à l’honneur.

Et Alain Burosse, ayant suivi Lescure, de se retrouver à la tête des Programmes courts. Embauché deux mois avant le lancement, le défi est de taille : partir de zéro et construire une identité à la chaine. Et avec deux contraintes : un manque de moyens financiers et une certaine indifférence, à l’époque, pour ces programmes courts, autrefois appelés “programmes de complément” (même si certains, comme Les Shadoks ou Le petit train de la mémoire, restent encore dans nos têtes).


Un extrait de Derrick contre Superman, autre détournement de Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, et réalisé un an avant La Classe américaine.

La speakerine Mouzgheva, interprétée par Jérôme Lefdup sur Canal+

Issu de la radio, Alain Burosse s’y connait peu en télévision, hormis l’épisode des Enfants du rock. Mais il compense par un intérêt précoce pour le court-métrage et l’animation. Et il peut compter sur une grande liberté de création. Formats “shorts” (de 5 à 30s) ou “Surprises” (de quelques secondes à plusieurs minutes), la programmation s’étoffe grâce à l’aide de jeunes réalisateurs. Dont le plus “cyclonesque” n’est autre que Jérôme Lefdup 6. Tout Toutou (Treize épisodes entièrement aboyés à destination de nos compagnons à quatre pattes), Mouzgheva, “speakerine-menton” de Canal pendant trois mois, ou animations conçues sur ordinateur 7  : le ton est donné.


Lardux, de Kram et Plof, un exemple de programme court de Canal+

Mais le besoin se fait sentir aux Programmes courts de consacrer un vrai magazine à l’art vidéo. A la fin des années 80 – début des années 90, alors que Canal + est enfin installée et bénéficiaire, se lancent alors des émissions comme Picnic TV puis Avance sur image (auquel collaborera un certain Marc Caro). Comme le reconnait Alain Burosse, l’émission reste cependant trop ciblée et hermétique pour ceux, encore nombreux, qui sont peu au fait de cette nouvelle forme de création.

Et l’Oeil fut

Avec Véronique Goyo, membre éminent des Maîtres du Monde (collectif d’artistes vidéo), Alain Burosse a ainsi l’idée de L’Oeil du cyclone. Une émission plus accessible, par la variété des sujets abordés, mais qui garde le goût de l’expérimentation, que cela soit en terme de ton ou de réalisation 8. “Un grand mix sur l’état de l’image”, comme il le résume. Symbole de cette profession de foi : le générique de l’émission, créé par Véronique Goyo et les frères Lefdup, qui donnera son identité à l’émission mais restera en perpétuelle évolution (En huit ans, 120 versions du générique verront le jour !).

De 1991 à sa fin, en 1999, 230 épisodes, consacrés aussi bien aux illusions d’Escher qu’au Kaiju Eiga ou aux films de la Troma, seront ainsi proposés aux téléspectateurs. C’est pour beaucoup d’entre eux la première rencontre avec ces sujets périphériques qui n’avaient, jusqu’ici, jamais eu droit de cité à la télévision.

Le culte de l’Oeil

L’aventure de L’Oeil du cyclone se terminera en 1999. Et avec le départ, en 1997, de Philippe Gildas qui animait Nulle part ailleurs, c’est la fin de la “grande époque Canal”. Plusieurs raisons à cela : l’explosion de la télévision par cable et satellite ainsi qu’Internet, ou l’arrivée de Jean-Marie Messier et les conséquences désastreuses pour Canal+.


Un extrait de l’épisode spécial grand complot avec une intervention de Jimy Guieu, écrivain de science-fiction et ufologue français.

Pour les créateurs de L’Oeil du cyclone, c’est également la peur de la routine qui signe l’arrêt de l’émission. “Nous ne voulions par devenir le Michel Drucker des nouvelles images”, explique Alain Burosse. Même sensation pour Jérôme Ledfup : “Vers la fin, des formules sont apparues. Cela devenait un peu pantouflard”. Et de citer en contrepoint l’épisode de Philippe Truffaut, diffusé en 1998 dans le cadre d’une nuit spéciale “Fin du monde”. “Très concept, cet épisode n’avait pas grand chose à voir avec l’apocalypse. Il n’a pas spécialement plu à mes collègues mais je trouvais qu’avec cet épisode nous prenions de nouveau des risques.

Ce que n’avaient pas prévu ses créateurs c’est que l’émission continue sa vie sans eux. Nous avons pris du plaisir à la faire, mais, avec la vie tribale que nous menions, on ne se rendait pas compte de l’ampleur du phénomène”, explique Jérôme Lefdup. Bien qu’utilisé jusqu’à la nausée de nos jours 9, le terme de culte n’est en effet pas usurpé quand on parle de L’Oeil du cyclone.


Première partie (sur trois) de l’épisode sur le spiritisme

Plusieurs causes à ce statut d’oeuvre culte. Tout d’abord l’aspect mutant de l’émission, qui draine parmi ses spectateurs les profils les plus variés. Si Canal n’a jamais vraiment su à qui s’adressait l’émission 10, le plus gros des spectateurs se trouvait parmi les lycéens, les universitaires (profs et élèves) ou les amateurs de nouvelles images.

Mais Jérôme Lefdup de citer également l’exemple d’une soirée Oeil du cyclone à la MJC de La Rochelle à la fin des années 90 : “Pascale Faure, des Programmes courts, y était invitée. Arrivée sur place, elle se rend dans un bar, à côté de la salle, et se présente. Les gens, qui venaient de toute la campagne environnante, l’ont alors assaillie de questions très précises pour être sûrs que c’était bien elle. Ils connaissaient par coeur les émissions !

L’autre cause de ce culte est l’anonymat dans laquelle est retombée aussitôt l’émission. Quelques épisodes de L’Oeil du cyclone étaient entièrement réalisés en interne, mais les trois quarts utilisaient des images d’archives ou de documentaires. Dont les droits étaient achetés pour un nombre et une durée précis de diffusions. A l’image de l’autre oeuvre culte qu’est La Classe américaine,  si vous n’aviez pas le réflexe magnétoscope, impossible ensuite de les voir ou revoir 11


Un extrait de l’émission De source sure diffusée sur France 2 en 2001

Dernière raison, c’est le caractère proprement unique de l’expérience cyclonesque. Même si les Programmes courts sont encore en activité sur Canal, aucune émission n’a su atteindre un tel niveau de délire créatif. Et ne comptez pas vraiment sur les autres chaines pour prendre la relève. Ce n’est pas Jérôme Lefdup qui dira le contraire après son expérience sur France 2. Ayant quitté Canal, il propose en 2001 un projet de magazine coproduit par l’INA : De Source sûre. L’idée : détourner des archives de la télévision pour créer des histoires absurdes. “Malheureusement, les dirigeants de France 2 ont eu peur que les gens y croient. Déjà prévue à minuit 12, l’émission sera finalement reprogrammée à 2 h du matin”. Pas besoin de faire un dessin, il n’y eu pas pas de suite. Ou du moins plus dans la petite lucarne 13.

Une vie après l’Oeil

Un an après la fin de l’émission, soit l’an 2000, c’est le départ d’Alain Burosse de Canal+, à la “faveur” du plan de licenciement qui touche la chaine. Il prend alors le temps de voyager, écrire, faire de la photo (avec des expositions à Cuba ou au Maroc). Toujours fidèle à sa passion, il s’occupe également des débats avec les réalisateurs à l’occasion du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand ou aide au financement de projets au sein de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias). Mais il n’oublie pas sa carrière de producteur avec Siwa, une oasis égyptienne, en 2000, ou un récent documentaire sur l’Ile de la jeunesse à Cuba.

Le rebond fut plus dur pour Jérôme Lefdup. Les joies du statut d’intermittent du spectacle mais également l’étiquette “Oeil du cyclone” qui lui est collée dans le milieu de la télévision. Même s’il continue de réaliser des animations ponctuelles ou du montage, il s’est vu ainsi souvent entendre “désolé, on a rien d’assez délirant pour toi.” L’esprit français… :)


La bande annonce pour le DVD Musique de chanvre des frères Lefdup

Heureusement, assisté de son frère, le bonhomme a gardé sa créativité intacte. Entre le DVD consacré à Lucrate Milk (voir plus haut), Musique de Chanvre ou Histoire Trouble, pas de répit. Et son dernier projet en date n’en semble pas moins passionnant : une réadaptation de l’émission Franche Info, diffusée sur France Culture en mars 2010.


Un extrait d’Histoire trouble des frères Lefdup

A l’origine, l’idée provient d’un court métrage intitulé Pomme Z 14 et prévu pour Canal +. Elle sera finalement mise au placard, jusqu’à la rencontre avec Philippe Langlois, de passage à l’atelier des frères Lefdup, le Snark. Travaillant à l’Atelier de création radiophonique à France Culture, qui existe depuis 40 ans, il leur propose alors d’y participer. Le résultat est Franche Info, émission qui relate, avec la participation des journalistes de France Culture, une journée des plus particulières : celle où tous les problèmes de l’humanité sont enfin résolus. Livre ou film ? Jérôme Lefdup, actuellement en phase d’écriture, ne peut encore confirmer la forme finale ce projet. Mais imaginer Gaspar Noé ou Marc Caro transposer cette idée sur grand écran serait une perspective des plus agréables :)

Un reportage sur Jérôme Lefdup, à propos notamment des Songes d’Edmée, diffusé sur Arte

Pour aller plus loin :
Une interview très fouillée des frères Lefdup, à propos de L’Oeil du cyclone et de leurs projets a été publiée dans le magazine Obsküre mais elle n’est malheureusement plus dispo en ligne. En revanche, vous pouvez en retrouver une autre sur l’excellent webzine La Spirale.
Vous pouvez réécouter l’émission Franche Info sur Syntone ou revoir l’épisode de L’Oeil du cyclone réalisé par Gaspar Noé et consacré à l’hypnose sur son site perso.

Les fils de l’Oeil

Premiers à diffuser de l’animation adulte, quelle soit américaine (Aeon Flux ou Beavis et Butthead grâce à un partenariat avec l’émission Liquid TV) et japonaise (voir l’épisode special Manga). Ou à s’intéresser sincèrement au cinéma bis. Un paquet de trentenaires et quarantenaires doivent ainsi une fière chandelle à L’Oeil du cyclone pour leur avoir ouvert les portes de mondes jusque là inconnus. Sans oublier la communauté homosexuelle qui obtiendra une visibilité accrue avec le travail d’Alain Burosse 15.

Pas étonnant donc que leur boulot ait inspiré d’autres projets. Citons bien entendu les magazines Mensomadaire et Les Films faits à la maison, successeurs de L’Oeil du cyclone sur Canal +, ou même, en terme de jeu avec le son, l’émission de France Inter Panique au Mangin Palace.

Mais c’est véritablement sur Internet que l’esprit cyclonesque perdure. Sur les conseils de Jérôme Lefdup, allez donc faire un tour chez Yogo Onomotobok. Mais citons aussi le blog La caverne des introuvables, aujourd’hui défunt, qui perpétuait ce travail de défricheur de la culture populaire et/ou alternative. Enfin comment ne pas citer Centrifugue.fr ! 16. Le cerveau retourné dès le début de l’adolescence par cette émission, je tente depuis, semaine après semaine,  de me montrer digne d’eux. Du moins je l’espère !

Un clip de Jérôme Lefdup à parti d’une chanson de Lidwine

(Re)Voir l’Oeil

Terminons enfin par la question qui vous brûle les lèvres, bande de petits canailloux : Mais comment revoir L’oeil du cyclone ? Nous sera-t-il possible d’admirer ces oeuvres magiques ?

collecodc

L’intégrale de l’Oeil du Cyclone : le Saint Graal. Je tais le lieu où a été prise cette photo car certains, je pense, seraient prêt à tout pour se la procurer :)

Difficile d’y répondre complètement. Comme vu plus haut, l’émission est dans une situation particulière. Outre le paiement des droits pour d’éventuels sorties DVD, il faudrait surtout retrouver l’intégralité des ayants droits des images utilisées. Entre le nombre de séquences et la disparition des boites de production qui en détiennent les droits, c’est un travail titanesque et donc loin d’être rentable.

Selon Alain Burosse, un DVD regroupant les épisodes réalisés en interne (et donc ne posant pas de problèmes de droits) pourrait voir le jour. Mais rien de concret pour l’instant. On pouvait espérer pour 2011, à l’occasion des 20 ans de l’émission, un petit geste de Canal+. Mais toujours rien à l’horizon.

Reste donc “l’entre deux”, la zone grise, bref les vidéos sur Internet. Pas question ici de vous faire l’apologie du piratage mais c’est un simple constat : vous pouvez retrouver, principalement sur Youtube et Dailymotion, certains épisodes. Le site Les Introuvables, lorsqu’il était encore en ligne, en proposait une cinquantaine, et j’en ai dispersé quelques uns tout au long de cet article mais voici une liste à peu près à jour 17 des épisodes visibles sur le net pour ceux qui sont intéressés mais qui n’ont pas le temps de fouiller :

Episode sur le jeu vidéo (et un autre, sur le même sujet, est visible ici)
Episode sur le Super 8
Episode sur Brian Eno
Episode sur les univers souterrains
Episode sur les chansons et la révolution
Episode sur l’animation japonaise
Episode sur le punk français
Episode sur la musique expérimentale
Episode sur le professeur Choron
Episode sur le cannabis (en quatre parties)
Episode sur le grand complot (en trois parties)
Episode sur le spiritisme (en trois parties)
Episode Pot pourri des Rossignolets sur les enfants chanteurs
Episode Pot pourri, sur la musique ringarde
Episode Retour du Pot pourri
Episode Ringue Parade (avec la fabuleuse chanson d’Eddy Pascal, La complainte du goéland !)
Episode la lecon de cyclone (en trois parties, mais la boîte The Orchard a bloqué la première vidéo :( ), l’un des meilleurs de l’avis de Jérôme Lefdup et Alain Burosse
Episode Cyberdélic (en trois parties)
Episode sur la Blaxploitation
Episode sur la cryptozoologie
Episode sur les mandalas
– Episode sur les foules
Episode sur les musiques (très) expérimentales
Episode sur le rat, cet animal mal aimé
Episode sur les winners (Salut, moi c’est Christian !)
Un deuxième épisode consacré à l’émission Tribune libres (je crois que c’est sur celle là que l’on peut voir le grand Henri Laborit
Episode sur l’homosexualité féminine
Episode sur les monstres et les fées en Islande
Episode sur le collectif Le Dernier cri, spécialisé dans la sérigraphie et les comics (Leur site est par ici)
Episode sur la boite de cinéma indépendant Troma
Episode sur le documentariste libertaire René Vautier
Un superbe épisode consacré à une télévision australienne qui archive la culture orale aborigène
Episode sur le pyschiatre et psychanalyste Jacques Lacan
Episode sur les dieux hindous et l’écran tamoul
Episode sur les phobies
Episode sur les manifs
Episode sur le cinéaste Ed Wood
Episode sur la musique égyptienne
Episode sur l’accordéon
Episode sur la poésie
Episode sur musique et spiritualité
Episode sur les génériques télé
Episode sur l’Eurovision
Episode sur l’apocalypse
Episode sur l’art barré (Dali inside)
Episode sur la sexualité
Episode sur la musique techno
Episode sur le spiritisme

Texte, dessin : Gwendal. Et un grand merci à Alain Burosse et Jérôme Lefdup pour leur gentillesse et le temps qu’ils ont bien voulu m’accorder :)

Images : Haute Tension (Source) et Mouzgheva (Source)

En bonus, le clip réalisé par Jérôme Lefdup pour une jolie chanson de Nino Ferrer que je ne connaissais pas :

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :

Notes:

  1. D’aucuns diront traumatisé
  2. Que d’aucuns, enfin moi, compareront en terme de mixage aux Beastie Boys
  3. Pour plus d’infos, je vous renvoie à la page Wikipédia sur Pierre Schaeffer et sur le Service de recherche.
  4. J’oublie volontairement Philippe Manoeuvre. C’est petit mais, désolé, c’est plus fort que moi :)
  5. Il réalisera d’ailleurs un épisode de L’oeil du cyclone consacré à Ubu
  6. Qui fera la rencontre d’Alain Burosse aux Enfants du Rock… grâce à Jacky !
  7. Il fut l’un des premiers en France à bosser sur Amiga, avec une palette dantesque de 32 couleurs !
  8. Chaque épisode fera travailler un réalisateur et un producteur différent
  9. A propos de la définition du terme culte, vous pouvez écouter l’intervention de Rafik Djoumi dans l’émission le Cercle des cinéphiles
  10. D’où un renouvellement de dernière minute d’année en année
  11. A moins de connaitre l’homme qui connait l’homme qui a eu ce réflèxe :)
  12. Bonjour l’audience…
  13. Heureusement, Jérôme Lefdup a mis en ligne sur Youtube quelques vidéos
  14. Dont la vidéo est visible ici
  15. Avec des épisodes de L’Oeil du cyclone consacrés à l’homosexualité ou l’hermaphrodisme. Ainsi que la programmation d’une nuit spéciale gay qui est encore, à l’heure actuelle, la plus grosse audience nocturne de Canal
  16. Je sais, ma modestie me perdra
  17. Du moins au moment ou j’écris ces lignes