Le réseau 5g en france : le guide complet

Les discussions autour de la 5G battent leur plein en ce début d’année. Les tests ont notamment démontré que la vitesse de la 5G pourrait être 14 fois supérieure à celle de la 4G. Imaginez les avantages d’avoir accès à Internet à cette vitesse, partout et tout le temps ! Cet aperçu des capacités de la 5G remet en perspective l’usage de la fibre optique, bouscule le paysage des opérateurs mobiles et permet d’envisager en très grand l’internet de demain. La mise en place du réseau 5G en France n’est pas encore aussi avancée.

En effet, l’Union Européenne a donné un échéancier : d’ici à 2020, la 5G doit être disponible dans au moins une ville de chaque pays membre. En 2025, elle devra couvrir les axes de transports majeurs afin de permettre la circulation des voitures autonomes. Cependant, la mise en place de tels dispositifs demande des expérimentations sur une longue période. Aussi, l’Europe et la France en particulier sont aujourd’hui en retard. Voici un tour d’horizon sur la situation et les potentialités du réseau 5G en France.

Réseau 5G, France, Orange, SFR, Bouygues Télécoms, Free, ARCEP, internet, demai

Le réseau 5G en France aujourd’hui

Stéphane Richard expliquait début 2018 à propos du déploiement de la 5G : les processus de décisions de l’Union Européenne sont trop longs… C’est pour cela que l’Europe est en retard… Ajoutez à cela la lourdeur de la régulation européenne qui rend la région moins attractive pour les investisseurs. Regrettant la faible avancée du vieux continent, PDG d’Orange soulève les principaux freins à l’installation du réseau 5G en France. Le Global mobile Suppliers Association (GSA) a toutefois récemment annoncé que onze opérateurs de téléphonie mobile avaient déjà lancé l’utilisation de la 5G en Estonie, en Finlande et en Italie.

Retard et litiges dans la vente des fréquences en France

L’Institut Xerfi et la CTIA (Cellular Telecommunications and Internet Association) précisent à leur tour que la France accuse un important retard sur la mise en place de la 5G par rapport aux États-Unis, à la Chine, à la Corée du Sud, au Japon et à ses voisins allemand et britannique. Il s’agit donc à la fois d’un retard mondial mais aussi européen. En effet, la répartition et les ventes des fréquences 5G n’ont pas encore eu lieu alors qu’elles s’étaient déroulées en 2018 en Suisse et en Italie. En effet, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) privilégie les expérimentations préalables et l’établissement de standards. De plus, des discussions sur la durée et de coûts des licences d’utilisation des fréquences ralentissent encore les procédures.

Expérimentations en cours

Depuis 2017, l’ARCEP permet aux principaux opérateurs de téléphonie français d’expérimenter temporairement la 5G dans des communes pilotes (Bordeaux, Douai, Grenoble, Le Havre, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes et Saint-Étienne) et propose aux infrastructures comme les hôpitaux, les ports ou les usines de procéder aussi à des essais afin d’anticiper ses bénéfices. Début 2019, Bouygues Telecom a annoncé avoir pu passer un appel en 5G à Lyon et poursuit les tests. Orange, SFR et Free en mènent également, chacun dans des agglomérations différentes.

Réseau 5G, France, Orange, SFR, Bouygues Télécoms, Free, ARCEP, internet, demai

Quelles perspectives pour 2019 ?

Les premiers forfaits 5G pourraient apparaître dans les communes pilotes françaises en fin d’année. Les opérateurs les plus prudents plutôt annoncent un lancement pour 2020. Toutefois, avant d’aboutir à la réception 5G sur les appareils connectés, les travaux doivent se poursuivre et les fréquences être attribuées. En attendant la 5G, renseignez-vous sur les offres internet disponibles en ce moment : abonnement internet seul.

Attribution et vente des licences des fréquences

Alors que l’Italie et les États-Unis ont déjà vendu des fréquences en automne 2018, la première vente aux enchères en France ne devrait, selon Le Monde, se dérouler qu’en juin 2019 sur les bandes 1,4 Ghz, 3,4-3,8 Ghz et 26 Ghz précise le journal, restreignant le spectre. De plus, la feuille de route du gouvernement et de l’ARCEP prévoie une attribution des fréquences pour 2020, faisant encore attendre le consommateur.

Déploiement du réseau et bénéficiaires

Si Orange et Bouygues Telecom devraient proposer des forfaits 5G en 2019, le déploiement du réseau devrait être encore assez restreint et n’atteindre que des agglomérations précises (à priori les communes pilotes). Ainsi, seuls les consommateurs se trouvant dans ces villes pourront bénéficier des premiers services de la 5G. Pour cela, ils devront se procurer un smartphone muni d’une carte compatible avec la 5G et souscrire à un abonnement comprenant la 5G. Les autres potentiels utilisateurs devront attendre le déploiement progressif de la 5G dans leur commune de résidence. Il devrait commencer en 2020 et dépendra du rythme de chaque opérateur.

Le Consommateur

L’une des problématiques majeures de la 5G aujourd’hui est un obstacle technique. En effet, la 5G utilise des ondes millimétriques qui peinent à traverser les obstacles physiques (comme les murs). La 5G pose également des questions sanitaires quant à l’utilisation de plus en plus générale des ondes et des émetteurs d’ondes. Les expérimentations, aussi bien sur le réseau de téléphonie que sur les objets connectés, devraient permettre aux consommateurs de pouvoir bénéficier d’un service étendu tout en évitant tout dommage sur sa santé.

Répartition du réseau

Alors que la 4G n’est pas encore disponible sur la totalité de l’hexagone, comment envisager un déploiement correct du réseau 5G en France ? Bien que les premiers tests 5G s’effectuent depuis des équipements 4G, reste à réfléchir à l’implantation des technologies de communications dans les zones rurales. La question de la transition par la 4G ou la 4G+ avant la 5G pourrait dépendre des opérateurs et des contraintes propres aux territoires à couvrir.

L’Impact des fréquences

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a mené plusieurs études scientifiques sur les risques sanitaires liés à l’exposition prolongée et ponctuelle des ondes sur le corps humain. Les fréquences qui seront utilisées pour le réseau 5G en France (de 700Mhz à 3500Mhz) demeurent inférieures à celles représentant un danger. En effet, ces mêmes fréquences sont déjà employées pour la télévision, la radio sans qu’elles soient problématiques. Cependant, si les ondes ne semblent pas dangereuses pour l’humain, la puissance et la concentration des ondes autour des antennes et des relais de télécommunications pourraient avoir un impact sur la santé.

En savoir plus

L’ARCEP, à travers son site internet, permet à toute personne intéressée par ce sujet d’en savoir davantage. De la feuille de route de l’implantation du réseau 5G France aux dernières actualités, les nouvelles sont consultables et cette vidéo approfondit également le sujet :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *