Bwitologie : la loutre

Le propriétaire de ce blog étant actuellement sujet à des hallucinations le faisant voir Timothy Leary partout, le professeur Graznok a bien voulu retarder une expédition en Palombie le temps qu’il se repose. Spécialiste émérite en bwitologie, il en profite aujourd’hui pour nous entretenir d’une bêêête ô combien incontournable : la loutre. Celle-ci est en effet considérée par tous les spécialistes comme l’animal le plus cool de la Création. Après vous avoir présenté brièvement cette bêête, ses us et coutumes ainsi que sa symbolique, le professeur Graznok vous expliquera comment la loutre surclasse ses rivaux. Alors suivons ses traces !

27 mai 2014

Voyage psychédélique dans l’univers de Timothy Leary (4/4)

Quatrième partie de notre dossier consacré à Timothy Leary et focus, cette fois-ci, ce que l’on pourrait appeler son héritage. A savoir rien moins que notre société numérique et interconnectée. Mort en 1996, seulement quelques années après l’arrivée des premiers navigateurs (Mosaic puis Netscape), Leary n’a pas pu assister à l’expansion formidable d’internet. Il fut pourtant, au gré de son parcours d’universitaire, d’avocat du LSD ou d’explorateur des technologies numériques, un formidable visionnaire de ce monde digital. Petit aperçu donc de cette cyber-facette moins connue, en revenant tout d’abord aux années 50.

5 juin 2013

Voyage psychédélique dans l’univers de Timothy Leary (3/4)

Beatnik, hippie, psychédélisme : cette troisième partie du guide consacré à Timothy Leary est, probablement, celle qui parlera au plus grand nombre, tant nos mémoires sont pleines de ces images. Après vous avoir brossé une bio express et m’être attardé sur ses influences, il est temps en effet de parler de son heure de gloire, à savoir les années 50-60. A la fois pionnier de l’exploration du cerveau, passeur dans le domaine artistique, icône pop puis victime sacrificielle, le personnage de Timothy Leary permet de brosser la naissance de la contre-culture aux Etats-Unis. Suivez la vague !

22 mai 2013

Voyage psychédélique dans l’univers de Timothy Leary (2/4)

Deuxième partie de ce guide consacré à l’univers psychédélique de Timothy Leary. Après avoir présenté rapidement le bonhomme la dernière fois, tentons ici de replacer cet iconoclaste dans l’histoire des idées. Tâche ardue que celle ci car ses influences sont nombreuses (du culte égyptien d’Isis au psychologue Carl Jung en passant par la philosophie orientale) et complexes. Point question ici de vous faire une présentation détaillée de chacune des influences de Timothy Leary mais cela devrait, j’espère, vous donner une image un peu plus fidèle que celle de simple prédicateur du LSD qui l’a rendu célèbre. Plongée dans l’espace et le temps.

3 mai 2013

Voyage psychédélique dans l’univers de Timothy Leary (1/4)

Timothy Leary. Un nom qui ne dit pas grand chose pour la plupart des gens en France. Ce psychologue de formation est pourtant un personnage incontournable de la contre-culture aux Etats-Unis, où il fut surnommé le « Gourou du LSD ». Un surnom original qui occulte pourtant, par sa référence si sulfureuse à la drogue, une vie passionnante, traversée par la Beat Generation, le psychédélisme, les mouvements contestataires ou la cyberculture. “Le Forrest Gump de la contre-culture, en version géniale au lieu d’être attardée : un type qui était partout où il fallait, quand il le fallait, qui sentait le courant avant les autres”, comme le résume avec talent mon confrère Patrick d’Axolot, autre fan de Leary.

19 avril 2013

Back to California : Modesto, mon amour

Chers lecteurs, bonjour ! Je vous évite cette fois les dégoulinantes excuses sur la parution chaotique d’articles, car cela risque de devenir lassant à force. Mais que voulez-vous, entre lancer un magazine, devenir un artiste total et se refaire l’intégrale des films de Pierre Richard avec mon confrère Youen, ca laisse peu de temps pour le prix Pulitzer ! Et surtout j’ai trouvé une super idée qui va m’occuper une partie de cet été (pourri) : causer un peu de ce trip en Californie, qui m’avait déjà éloigné de vous plusieurs semaines. Certains objecteront que faire ça deux mois après, c’est un peu du foutage de gueule. Ce à quoi je répondrai que c’est justement tout le principe et l’intérêt de la chose [ref]Me donnant ainsi une excuse pour toute faite afin d’avoir pris tant de temps pour me lancer[/ref] ! Deux mois après, que reste t-il en effet de ce voyage ? Quelles images, quels moments mon cerveau a t-il choisi de garder imprimés ? Aussi débutons cette expérience unique de compte-rendu différé dans le temps par ma visite de Modesto, et ma rencontre avec un chic type : Warren Strokes. Zou !

8 juillet 2012

200 Motels : le foirage magnifique de Zappa

Multi-instrumentiste, compositeur, satiriste, adversaire résolu du politiquement correct… Il n’y a pas à dire, on se sent merdeux devant le Jean Rochefort de la musique, le compositeur le plus classe du monde. J’ai nommé Frank Zappa. Et tenter de cerner un tel personnage est ardu. Alors autant commencer par le plus illogique : parler d’un de ses grands ratages. Film foutraque, où se combinent happening hippie et orchestre symphonique, 200 Motels n’est définitivement pas un bon film. Mais cette expérience visuelle et auditive, digne d’un Eaux sauvages, est l’occasion d’effleurer le bouillonnement intérieur de Zappa. Moteur.

16 février 2012

Cléopâtre : la rêverie animée de Tezuka

Le lecteur fidèle le sait probablement déjà, mais la découverte (tardive) de l’oeuvre de Tezuka fut une magnifique claque dans la figure pour votre serviteur. Ce type est un génie, de la stature d’un Leonard de Vinci, point barre. J’essaie depuis de rattraper mes lacunes en découvrant son oeuvre gigantesque et voici qu’il y a peu, en parcourant les internettes, je suis tombé sur son adaptation très personnelle de l’histoire de Cléopâtre (Alias Kureopatora en japonais). Deuxième film de la trilogie Animerama, pionnière de l’animation pour adulte au Japon, l’oeuvre de Tezuka et Yamamoto est déconcertante, drôle, crue, poétique. Et bordélique. Aussi avait elle tout pour trôner en ces lieux. Sautons donc dans la DeLorean et direction l’Antiquité sauce wasabi. Banzaï !

23 novembre 2011