Thematics Radio : la voix des fans venue des Antipodes

juin 25th, 201111:59 @

4


Thematics Radio : la voix des fans venue des Antipodes

Depuis la fin de l’excellente émission All Go No Slow, j’étais devenu orphelin. Plus de chic type, animé par la joie simple du partage pour me faire découvrir du son, m’aider à faire le tri entre le bon grain et l’ivraie. Trop occupé que je suis à m’esquinter les yeux sur mon écran à dessiner ou écrire, je peux pas tout faire moi ! Quel ne fut donc pas mon bonheur de tomber, par je ne sais quel heureux hasard 1, sur Thematics Radio. Animée par Micko, fringant Australien, cette émission propose chaque semaine, comme son nom l’indique, une thématique particulière. Que ce soit un genre musical, un mot, un artiste. Partons donc à la rencontre ce Bon Samaritain de l’autre hémisphère. Interview.

Peux tu te présenter rapidement à nos (innombrables) lecteurs ?

Je suis Australien,  j’ai 31 ans et j’habite à Sidney. Je fais un travail de bureau tout ce qu’il y a de plus ordinaire mais, pendant la semaine, je passe mes soirées à préparer mon émission de radio qui est diffusée le samedi soir. Je fais cela bénévolement mais j’espère pouvoir à terme en faire mon véritable métier. Quant aux études, j’ai passé trois jours à la fac, le temps de réaliser que je ne souhaitais pas y rester. Je suis donc parti pour simplement profiter de la vie. Je suis enfin obsédé par la musique et j’adore l’écouter le plus fort possible !

Comment as tu débuté le podcasting ? Est-ce ta première émission de radio ?

J’ai seulement débuté le podcasting début 2008, quand 2RRR, la radio qui diffuse Thematics, nous a donné accès aux fichiers au format Wav. Mais j’ai véritablement démarré cette émission de radio en 2004 et je travaillais chez eux depuis 2002.

J’ai commencé par y faire une émission consacrée au punk et au hardcore. Mais je me suis lassé de devoir seulement passer chaque semaine du punk, et de me demander à chaque fois si un morceau l’était suffisamment pour pouvoir être diffusé. J’ai donc fini par demander un nouveau créneau et cette idée d’émissions à thèmes a sûrement plu à la radio.

Flying Lotus – Zodiac Shit, morceau tiré de l’émission spéciale Futur jazz

A propos de 2RRR, c’est une petite radio communautaire qui se démarque du paysage radio à Sidney. Sa programmation est très diversifiée et rassemble plusieurs communautés (Il y a même un programme français appelé Trampoline). Son mot d’ordre, depuis le début, est “Votre alternative”, ce qui se traduit par l’absence de playlist. Chaque animateur peut donc passer les morceaux qu’il souhaite.

La priorité de cette radio et de répondre aux besoins de la communauté, en offrant une fenêtre aux gens qui ne peuvent pas s’exprimer dans les médias mainstream. Je dois reconnaitre cependant que nous sommes assez peu connus à Sidney car la plupart des gens écoutent la bouillie commerciale que l’on nous fait ingurgiter de force.

En terme d’audience, je n’ai de chiffres que pour les radios communautaires dans leur ensemble mais  je pense qu’il y a peu de personnes à écouter mon émission en direct le samedi soir, ils ont mieux à faire ! De toute facon la plupart des gens qui écoutent la radio ne sont pas de très grands amateurs de musique. Notre émetteur n’est pas non plus très puissant, du coup de nombreuses personnes ne peuvent nous capter dans une ville aussi grande.

D’ou l’avantage indéniable de pouvoir mettre à disposition les émissions sur le blog. Je ne fais pas trop attention aux statistiques de fréquentation mais il y a habituellement entre 500 et 1000 téléchargements – ce qui m’impressionne déjà beaucoup – en fonction de l’émission.

Peux-tu nous expliquer comment tu réalises une émission (choix du thème, des morceaux, etc) ?

Luke et George du groupe Bernie Lomax 5 lors de l’émission spéciale rock alternatif 90’s

Concevoir une émission est à chaque fois très différent car j’essaie de varier les thèmes. Le choix du sujet peut être influencé par un album précis qu’un artiste ou un label m’a envoyé afin d’etre diffusé. Je regarde alors la liste des titres et je choisis un thème qui pourrait inclure l’un d’entre eux et c’est parti !

Le processus est donc très aléatoire, ce qui correspond assez à ma philosophie (celle du hasard, un peu comme dans L’Homme-Dé). Ca peut être aussi simple que de tirer au sort un artiste autour duquel se construira le thème de l’émission. Si j’ai envie de faire venir un invité dans l’émission, je le laisse choisir le thème et la plupart des morceaux.

Uoki Toki – Little Red Riding Hood, morceau tiré de l’émission spéciale Chiptune

Le choix de ces morceaux, à partir du moment ou j’ai trouvé le thème, est une tâche ardue. Cela nécessite de jeter un coup d’oeil au dos des CD, de fouiller mon disque dur ou de plonger dans les méandres des sites de partage comme Soulseek (Même si c’est illégal, je n’en ai pas honte car c’est une manière de mettre en valeur ces morceaux).

Après chaque épisode, je récupère les fichiers Wav sur l’ordinateur de la station de radio. Et ensuite je coupe ou remonte si nécessaire pour l’uploader sur mon site et le mettre à disposition en podcast. C’est assez pratique car je suis à l’antenne de 11 heures du soir à 1 heure du matin le samedi, et la plupart des gens ont mieux à faire que d’attendre chez eux à m’écouter bavasser entre les morceaux !

Cela semble difficile quand on voit la diversité des genres musicaux abordés mais pourrais-tu définir en quelques mots l’esprit de ton podcast ?

Question pas évidente. Je suis passé d’une émission punk à ce que je fais maintenant avant tout pour ne pas être limité à un seul genre, et ne pas m’en dégouter à la longue. Quand j’étais plus jeune, j’ai expérimenté plusieurs phases où je n’écoutais qu’un type de musique et je suis devenu avec le temps attentif au fait de ne pas tuer à la longue son âme.

La répétition récompense l’auditeur par sa familiarité et une gratification immédiate, mais à force il va s’en dégouter et passera à autre chose. Je souhaite que mes émissions surprennent l’auditeur semaine après semaine, et qu’ils soient confrontés à toutes sortes de musiques.

The Who – Circles (Instant Party), morceau tiré de l’émission spéciale « cercle »

Je pense que cet aspect thématique de l’émission permet de montrer toute l’étendue des approches musicales possibles pour aborder tel ou tel sujet. J’ai grandi en étant obsédé par la fabrication de mixtapes, et la plupart du temps elles étaient basées sur cet aspect thématique et cette diversité musicale.

Faire cette émission est une manière de proposer des mixtapes en direct, avec mes commentaires comme touche personnelle. Ils apportent un ton sarcastique et permettent de donner du liant à l’émission.

A côté de tes émissions thématiques, tu programmes également des sets de DJs. Comment les choisis-tu et qu’apprécies-tu la dedans ?

J’ai beaucoup d’amis ici, à Sidney, qui font partie de mes DJs et producteurs de musique électro préférés. La plupart du temps, quand ils viennent jouer dans le studio, c’est suite à une discussion lors d’un concert où je leur propose de passer la semaine d’après. Pour faire simple, si quelqu’un manifeste de l’intérêt pour mon émission, il est plus que bienvenu pour montrer au monde son talent et ses morceaux.

Pelican – Spaceship Broken Parts Needed, morceau tiré de l’émission spéciale Espace

J’adore ces sets car je n’ai plus qu’à m’asseoir et assister à un concert gratuit dans mon studio ! La culture du mix ou du DJ set est assez énorme sur Internet et, vu le nombre de téléchargements, je trouve que ceux que j’ai mis à disposition génèrent un intéret certain. Je trouve ca formidable pour ces personnes qui font cet effort de partager leur performance sur les ondes. Et pour ceux qui aiment télécharger de la musique gratuitement.

Et parmi tous ces artistes que tu as diffusés, lesquels t’ont le plus marqué ?

Pas facile de répondre mais je dois dire qu’avoir fait venir Robert Inhuman, du groupe américain de digital hardcore Realicide, fut l’un de mes meilleurs moments. Je tiens aussi à mentionner les sets d’Athrocycle (qui se sert du circuit benting et d’un vieil ordinateur Amiga), de Paul Blackout, Highly Dubious et la seule et unique production à ce jour de Thematics : trois mixes qui m’ont été offerts par Wildness Records afin d’être diffusés.

Wildness est désormais un net-label basé en France et qui distribue gratuitement des albums underground de metal et d’électro. J’ai été très heureux d’avoir travaillé avec eux. Evy, qui dirige le label, étant un super type dont j’adore la musique. Les trois mixes sont respectivement de Mental D-Struction (France), La Foudre (France) et Bart Hard (Pays-Bas)

L’album sorti chez Wildness Records, écoutable ici

Au vu de ton incroyable culture musicale, j’ai deux questions spéciales pour toi : Tout d’abord connais-tu le groupe 11th He Reaches London ? Et pourrais-tu nous conseiller d’autres groupes australiens ?

Je me souviens que l’on m’a passé un CD d’11th He Reaches London il y a de cela 8 ans lors de mon émission punk. Pour être honnête je n’ai pas écouté ce qu’ils ont fait depuis, étant un peu hors course pour ce qui concerne la scène australienne. Je me souviens que cela ne m’avait pas déplu mais ce n’était pas trop mon truc. De mémoire je crois qu’ils viennent de Perth, qui est à l’autre bout du pays, du coup je n’en ai pas trop entendu parler depuis.

Voici sinon une liste des groupes australiens que je recommande particulièrement : Captain Cleanoff, The Kill, The Optionals, Ether Rag, Pure Evil Trio, Unknown to God, The Clap, Burning Servant, Kromosom, Taipan, Royal Headache, Nintendo Police, Extortion and Inebrious Bastard.

Deuxième question spéciale : j’ai écouté (et apprécié) ton émission spéciale “french breakcore”. Peux-tu nous expliquer pourquoi y avoir consacré une émission ? Est-ce que la France est si connue pour ce style de musique ou est-ce à cause de ton amour pour notre pays ? (Et question bonus, au cas ou tu répondrais oui à la deuxième partie, cela te dirait-il de refaire une émission consacrée à la France ? :) )

Merci tout d’abord ! Je suis très content que l’émission t’ait plu. J’ai choisi de faire une émission spécial breakcore français car il y tellement d’artistes que j’adore et qui viennent de votre beau pays ! Des personnes comme Rotator, Krumble, Igorrr ou Electromeca 2 sont si talentueux et m’ont donné l’envie de me plonger plus avant dans cette musique. J’ai été intrigué par ce courant techno hardcore, et le fait qu’il soit nommé Frenchcore alors que des gens d’autres pays le reprennent. Je trouve ca fascinant.

Perfect – Can’t Touch Me, morceau tiré de l’émission spéciale Dancehall

Cette attirance pour la France, sa musique et ses habitants vient également d’un groupe avec qui je trainais quand je me suis penché sur le dark hardcore ou la noise. La plupart d’entre eux étaient français et ils m’ont fait découvrir des tonnes d’artistes. Ils faisaient partie de Killerwatts Soundsystem, qui se produisait un peu partout, balancant de la techno hardcore, de la noise et du breakcore. La plupart d’entre eux sont repartis en France depuis, mais je suis resté très bon ami avec eux.

Je ne sais pas trop ce qu’il y a de particulier entre moi et la France mais je me suis beaucoup investi dans la musique grace à eux. Je viens d’ailleurs de découvrir Lord Sinister, un producteur de musique électro français, qui fait partie de la playlist de ma dernière émission consacrée au Doomcore.

Donc, pour répondre à ta question, un peu des deux ! Je pourrais en tout cas faire une autre émission consacrée à la France pour toi ! Je suis toujours ouvert à des idées pour mon podcast !

Aurais-tu des podcasts favoris et pourrais-tu nous les faire partager ?

Je suis accro aux podcasts et aux mixes. Parmi mes favoris en ce moment, je citerai Radio Like You Want (la nouvelle émission de Blag the Ripper du groupe de punk The Dwarves), Harder View Podcast, Signal Flow Podcast, Weasel Radio, Grindthieves Podcast, Bassfreqs Podcast et Filthcast.

Behemoth – Spellcraft and Heathendom, morceau tiré de l’émission spéciale Black metal

Il y a tellement de façon de diffuser des émissions actuellement ! Et je suis très heureux de pouvoir avoir le meilleur des deux mondes : diffuser cette émission  à des chauffeurs de taxi solitaires le samedi soir (et les faire flipper au passage) ainsi qu’apporter ma contribution à la scène podcast mondiale.

Ayant fait le tour de mes questions, voudrais-tu ajouter quelque chose, adresser un petit mot aux lecteurs de Centrifugue ?

Et bien, un grand merci à tous ceux qui suivent mon émission et n’hésitez pas à me faire des propositions quant à la musique que vous voudriez que je passe. Je suis toujours prêt à faire découvrir de la musique inconnue, en particulier venant de personnes peu médiatisées.

Les radios commerciales sont le Mal, et je voudrais tuer tous les publicitaires travaillant pour les marques de céréales quand je subis ca dans ma voiture en allant au boulot !

Beach Boys – Wouldn’t It Be Nice, morceau tiré de l’émission spéciale Beach Boys

Tout le monde devrait créer des mixes pour ses amis et partager la musique. Téléchargez comme des malades pour vous réapproprier la musique entre les mains des labels et de leurs dirigeants avides. Lisez des livres et faites tout ce que vous pouvez pour garder votre cerveau actif.

Et enfin merci à Gwen pour cette proposition d’interview, c’était très sympa de ta part.

Et de la tienne également ! Quant à moi, je vous tiens au jus si d’aventure une émission se concrétise :)

Liens

Thematics Radio sur Myspace

Thematics Radio sur Facebook

Thematics Radio, le site

Interview retranscrite par Gwendal. Photos : Micko

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :

Notes:

  1. Ma mémoire m’étant revenue, je crois bien que c’est grâce à l’émission spéciale Dancehall
  2. A noter que Rotator et Electromeca viennent de Bretagne. Coïncidence ? Je ne pense pas !