« Tout est lié ! » ou De la mutation de Centrifugue

décembre 6th, 201212:10 @

2


« Tout est lié ! » ou De la mutation de Centrifugue

Les lecteurs attentifs de ce blog auront remarqué que, depuis quelques semaines, je n’hésite pas à quérir l’aide d’éléments extérieurs pour publier des articles. Dernier exemple en date, le Professeur Graznok, titulaire d’une chaire de bwitologie, qui reviendra à l’occasion nous présenter des bêtes étranges mais ô combien passionnantes.

Et les lecteur attentifs, mais à l’esprit mal tourné, de se dire que c’est une fabuleuse idée de ma part pour en faire encore moins. En quoi ils n’auraient pas tort. Car faire bosser les autres à sa place est une joie sans cesse renouvelée.

Un plus grand projet

Mais leur vision serait incomplète. Cette absence (toute relative) n’était en effet due qu’à l’absorption de mon esprit et de mon énergie créative dans un projet nouveau : une galerie d’images démentielles.

A l’écoute de vos « ooooh » d’admiration, je ne peux que céder à la pression populaire et enfin vous expliquer (même si le projet est encore en cours) ce qui l’a motivé. Tout cela au risque de m’ouvrir à vous alors que vous ne m’avez même pas payé une chopine (ingrats!)

Etant entendu qu’un blog ne tient qu’à la passion mise par son créateur, Centrifugue reflète logiquement les miennes. Mais même si j’ai dépassé la quarantaine de sujets (et oui, ca file), je n’arrive toujours pas à en faire le tour complet. Par manque de temps, de connaissance correcte du sujet ou d’angle pertinent m’évitant d’écrire ce qui l’a déjà été 100 fois et en mieux ailleurs.

D’où mon utilisation d’outils  annexes, comme je vous en avais parlé autrefois. Cependant il restait une passion à laquelle je n’avais pas touché : les images.

Qu’elles soient drôles, belles, surprenantes, qu’elles proviennent de la BD, du cinéma, de la musique ou des tréfonds du net (et ces désormais célèbres mêmes), cela fait maintenant plusieurs années que je les glane au gré de mes explorations. Jusqu’à prendre des proportions inquiétantes (comptez plusieurs milliers).

Celles ci me servent à goûter aux joies de la copie, sont reprises directement dans  mes grand dessins ou stockées pour le simple plaisir des yeux (je vous vois venir, bande de pervers). Mais comme je suis d’un caractère généreux, l’envie de vous faire partager ces images était trop grande.

Et ce fut le début des problèmes.

Allégorie du créateur de ce blog face aux multiples interconnexions qu’il n’avait pas prises en compte.

Techniquement tout d’abord. Il a fallu rassembler, trier ces images par grands thèmes et leur redonner un nom décent autre que 6757866Xcd7Y.jpg, mon moi du passé s’en étant complétement tapé durant sa phase de boulimie picturale.

Ceci fait, il s’est agi ensuite d’upper toutes ces images sur ma galerie Flickr en ajoutant les tags, ou mots-clés, adéquats. Je suis actuellement en plein dedans mais deux grandes sections sont déjà disponibles : les arts plastiques (peinture, sculpture, photographie surtout) et la bande dessinée. Viendront bientôt d’autres thèmes tout aussi passionnants : nature, musique, surf, femmes, et j’en passe.

Mais ce problème n’en est au final pas foncièrement un. Fastidieux ca l’est sans conteste mais quand il s’agit, comme on le dit vulgairement, de « se faire chier par la pine », je suis toujours partant :) Un comportement à tendance masochiste qu’un psychanalyste arrivera peut-être un jour à expliquer. Mais pas maintenant, j’ai du boulot.

Le problème le plus important n’est en effet pas de nature technique mais éthique (tout de suite les grands mots) : toutes ces images, même si elles sont stockées chez moi, ne m’appartiennent pas. Ou du moins je n’ai pas à me les approprier.

A l’heure du copier/coller, les images se baladent partout et tenter d’arrêter ce mouvement est aussi vain qu’avec la musique (voire encore plus vu la taille minime des fichiers) . Mais l’on peut en revanche les sourcer (et l’on rejoint au passage les pratiques du journalisme et de l’histoire) afin de rendre à César ce qui appartient à César.

Même si mon moi passé a foutu un bordel pas possible, j’ai réussi à retrouver une bonne partie de ces sources. A l’image de mes articles, vous trouverez donc avec chaque image des informations complémentaires : le site ou je l’ai récupérée, le site du créateur (artiste, photographe, etc) et éventuellement des liens (y compris vers ce blog, je suis quand même pas si altruiste que ca :) ) si vous souhaitez en savoir plus.

Un boulot aussi pénible que l’uppage de ces images mais, avec le recul, il entre pleinement dans la ligne éditoriale de ce blog. A savoir créer des ponts entre des passions qui n’ont, a priori, rien à voir. Pouvoir passer d’un film de Steven Seagal aux Beastie Boys, du carcajou à John Milius ou du breakcore à la musique indienne. Et vive la découverte accidentelle, alias la sérendipité.

Même s’il me prendra du temps avant de lier correctement chaque élément l’un à l’autre, j’espère que vous ne prendrez pas ombrage de l’aspect work in progress de ce blog mais qu’il vous donnera, au contraire, l’envie de vous y promener librement, de concept en concept, comme dans un méga-dessin.

En vous remerciant

Gwendal

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :