West Coast Hip hop vs East Coast Hardcore Round 2

juillet 15th, 201111:21 @

0


West Coast Hip hop vs East Coast Hardcore Round 2

Sachons reconnaitre notre défaite provisoire lors de cette première manche. Même s’il convient de souligner l’absence de solidarité d’un métaleux que je ne nommerai pas. Soit, la vie est une jungle. Faisons avec. Et comme le thème de ce deuxième round de notre bataille sonique avec le sieur Moyenman est celui de la vie de quartier (sa chanson arthritique se trouvant ici), il est temps de sortir la grosse artillerie. J’ai nommé Cro-Mags, l’un des fondateurs du son hardcore made in New York.

Grand rivale de Washington DC au début des années, New-York, si l’on veut schématiser, a une approche plus concrète du hardcore. Celle du béton, du bitume et des seringues.

Fin 70 début 80, la vie à new-yorkaise est en effet loin de celle de la banlieue proprette de Washington DC. La rue est dangereuse, brutale. Et ce n’est pas John Joseph, chanteur des Cro Mags, qui dira le contraire. Lui qui a connu les squats, la rue, le deal, j’en passe et des meilleures. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous conseille The Evolution of a Cro-Magnon de John Joseph  et l’excellentissime documentaire American Hardcore de Paul Rachman et Steven Blush 1

Forcément ca se ressent dans le son. Niveau vitesse, pas de grand changement 2 : à Washington DC comme à New York on fait du toujours du punk-hardcore. Mais avec Cro Mags on vire dans le lourd, l’oppressant en s’inspirant d’un autre courant en vogue à l’époque : le thrash metal.

Mais foin d’analyses tarabiscotées, passons au son. C’est court, c’est intense, c’est plein de rage. Et l’on a même le temps de se rendre compte que la chanson est terminée qu’on se retrouve le nez ensanglanté contre le bitume froid de New-York. Comme mon confrère Moyenman à la fin de ce deuxième round (Après avoir voté en commentaire ou sur Facebook, si d’aventure vous faites partie de nos connaissances respectives)

Dessin, texte : Gwendal

 

Pendant que vous y êtes, lisez aussi :

Notes:

  1. Et bien entendu mes indispensables articles sur la question
  2. Il faut dire que Bad Brains, à leur arrivée à New York en 1979, a montré comment il fallait jouer